Skip to main content

CINESERENADE.COM

Un nouveau regard sur la musique pour l'image...

BIENVENUE
ACTUALITES
TELEVISION
Qui sommes-nous ?
Contactez-nous
RENCONTRES
CINE CHANSONS
Plan du site
Connexion de membre
ARCHIVES RENCONTRES
BRUNO COULAIS
1000 X PLUS BELLE LA VIE
DIVERS
CINE VIDEO
SPECTACLES ET THEATRE
JEAN MICHEL BERNARD
REINHARDT WAGNER
CYRIL MORIN
PHILIPPE SARDE
MUSICALS
MAURICE JARRE
JAMES HORNER
FESTIVAL MUSIQUES A L'IMA
VLADIMIR COSMA
JEAN-MARIE SENIA MAX LIND
RENE-MARC BINI
FRANCOIS DE ROUBAIX
 
 

UN PROFIL POUR DEUX

Pour cette comédie qui s'adresse à tout le monde, le réalisateur Stéphane ROBELIN raconte l'histoire d’un homme, veuf, retraité et qui ne sort plus de chez lui depuis deux ans. Jusqu’au jour où il trouve un ami, Alex, un jeune homme embauché par sa fille pour lui enseigner les rudiments de l’informatique, et le sortir de sa solitude. Ce faisant, Pierre va, sur un site de rencontre, faire la connaissance de Flora63 qui, séduite par son romantisme, va l’aider à récupérer son désir de vivre. Sauf que, sur son profil, Pierre a mis une photo d’Alex et non la sienne. Pour interpréter le vieux solitaire, on retrouve l’acteur de son enfance, le toujours pétillant Pierre RICHARD qui, encore et toujours, nous fait rire et rêver. Tandis que, pour la musique, c’est Vladimir COSMA qui est de retour ; le compositeur qui a façonné l'image musicale de l'acteur, signe là une partition inédite mais qui reste dans la continuité de ses classiques. Sur le thème principal titre, qui correspond au duo Pierre/Alex, Vladimir COSMA développe un joli thème mélodique interprété par le duo harmonica (joué par Greg ZLAP) et cymbalum (joué par Marius PREDA). Il s'agit d’un thème plutôt jazzy, rythmé, qui s’inscrit dans la continuité des couleurs que le compositeur a développé, au long de ses films, sur le personnage de Pierre RICHARD. On y retrouve notamment ce son caractéristique du cymbalum qui amène ce côté décalé, mystérieux, qu’il a souvent mis en avant dès LE GRAND BLOND AVEC UNE CHAUSSURE NOIRE (Un Profil Pour Deux). Ce thème, le compositeur s’en sert comme d’un film rouge qui traverse le film dans différentes variations, privilégiant souvent l’aspect émotionnel, sur un rythme plus lent, avec un contrepoint profond, lointain, de cordes (Dans L'ombre, Une Cigarette Pour Deux, Flora63). Comme deuxième thème Vladimir COSMA continue dans ces couleurs du cymbalum tout en rajoutant du piano et de la guitare, qui apporte une vraie douceur. Tandis que l’harmonica favorise la dimension nostalgique, le tout sur une structure mélodique efficace (La Moto Ivre) que l’on retrouve sur le développement romantique du scénario (Le Rendez-vous Rêvé). S’arrêtant sur le personnage de Pierre, Vladimir COSMA Vladimir COSMA introduit d’abord La Valse De Pierrot, un thème construit a la manière d’une musique de limonaire avec aussi une mélodie a l'accordéon, des percussions et des sonorités électroniques ; également des thèmes plus classiques de comédies (Pierre Mène L'enquête). Plus étonnant, toujours en s’appuyant une orchestration avec de l’harmonica, Vladimir COSMA propose un thème purement jazzy, frais et rythmé (Super 8 qui devient plus loin le thème d’ Alex Et Flora) ; une sorte de tango, avec de l’accordéon et une ligne de violon en contrepoint Techno  Tango Sur Seine). Il propose également, toujours en se situant dans une certaine tradition (d'ailleurs le thème est extrait du RETOUR DU GRAND BLOND), une sorte de samba aérienne et vocale, orchestrée pour un ensemble orgue, flûte, batterie et, de nouveau, des cordes resplendissantes en contrepoint (Ma chère Christine-vocal). Au milieu de ces thèmes, Vladimir COSMA a aussi intégré un de ses classiques, déjà présent dans plusieurs de ses bandes originales : la chanson sentimentale Vieni Qui interprétée par l'italien Marino MARINI. En bonus, et comme pour boucler la boucle de ses collaborations musicales, Vladimir COSMA propose quelques musiques de ses grands rôles : LE JOUET et son  générique qui annonçait ceux de LA CHEVRE ET DES COMPERES ; JE SUIS TIMIDE MAIS JE ME SOIGNE et thème à la fois jazzy, avec trompettes et flûte de pan, et vocal, chantant ; LA MOUTARDE ME MONTE AU NEZ et son générique à la mélodie efficace et a l'orchestration colorée par des trompettes et des sonorités synthétiques typiques des années 1970 ; LA COURSE A L’ECHALOTE et son orchestration façon Europe de l'Est. C’est donc un double retour réussi pour cette comédie au sujet actuel : pour Pierre RICHARD, qui renoue avec un film à la fois amusant et émouvant, et pour Vladimir COSMA qui propose une partition aux thèmes sensibles, qui apparaissent, dans la tradition de ses plus de 40 ans de musiques de films, à la fois mélodie et souvent jazzy ; le tout dans un album qui constitue, avec les titres bonus, un savoureux hommage musical au plus grand des grands blonds du cinéma français !

Un film de Stéphane ROBELIN, avec Pierre RICHARD, Yaniss LESPERT, Fanny VALETTE. Musique de Vladimir COSMA disponible chez Larghetto music.

LA GALETTE DU ROI / PROMIS... JURÉ !

C’est deux partitions rares et jamais éditées en cd composées par Vladimir COSMA que nous propose le label québécois spécialisé en musiques de films francophones. Il s’agit de deux partitions assez différentes pour des comédies tournées au milieu des années 1980. LA GALETTE DU ROI (1986), réalisé par Jean-Michel RIBES, raconte les aventures d’un monarque fauché sur une île de rêve, qui veut marier sa fille au fils d’un richissime industriel pour renflouer ses caisses. Le film réunit des acteurs comme Jean ROCHEFORT, Roger HANIN et Jacques VILLERET et la partition de Vladimir COSMA, même si elle réunit des thèmes simples, construits le plus souvent sur l’alternance du refrain et du couplet, séduit dès la première plage. Pour le thème titre, Vladimir COSMA propose un motif, entrainant et joyeux, porteur d’une mélancolie en arrière dans sa deuxième partie. Au niveau de l’orchestration, elle contient surtout de la mandoline et des cordes sur une mélodie à la fois rythmée et émouvante, ce qui lui confère des sonorités d’inspiration italienne. On notera que, dans la tradition des musiques de comédies composées par Vladimir COSMA, l’instrument principal, ici la mandoline, se place dans un second temps en arrière, laissant passer d’abord la partie émouvante de la musique (La Galette Du Roi) ; une section que l’on retrouve avec un thème de base pianissimo doublé, et des cordes dans la profondeur pour le couple du film (Léo Et Maria-Helena). Pour le thème de Corsalina, Vladimir COSMA propose une valse très classique, comme il en a composé plusieurs dont la plus célèbre pour les films d’Yves ROBERT d’après Marcel PAGNOL. Là encore, et sans surprise, les cordes généreuses sont privilégiées mais on remarque une place intéressante réservée aux percussions dans le développement (Valse De Corsalina). Egalement comme dans les comédies de Francis VEBER, mais aussi de Gérard OURY, l’as des as de la musique de films présente des thèmes sinon d’action en tout cas de tension, de suspense ; des motifs souvent obsessionnels, précipités dans les cordes et rythmés dans les percussions où le compositeur excelle à lier action et humour dans un registre classique (Harris Panique, Ma Main, Le Nain !, Le Rapt De Marie-Hélèna). Vladimir COSMA propose aussi un thème ample dans les cordes, dont les vibratos s’envolent dans la deuxième partie; un motif qui, avec du souffle, qui rappelle certaines autres de ses partition, notamment pour des séries de prestige (La Passion d'Utte). Jamais à court d’originalité, le compositeur sait aussi s’approprier les thèmes traditionnels, à l’image d’une  Marche Nuptiale aux trompettes à l’italienne et ce thème amusant pour percussions et voix assez discrètes, dans la référence à l’orient se révèle assez lointaine (La Soeur Du Dalaï Lama). C’est aussi le cas de ce détournement d’une parade de majorettes en marche  pour percussions et cuivres sur une mélodie amusante, décalée, colorée (Hymne Du Bakoundé). La partition se termine par une série de thèmes d’ambiances, des musiques dansantes et surtout des mambos destinées à la fête. Il s’agit de morceaux essentiellement interprétés par une formation du type bigband ; ce qui nous permet de rappeler que Vladimir COSMA a aussi composé des thèmes de jazz et travaillé avec de grands solistes. On note d’abord une sorte de sambas aux accents cubains dont les paroles ont été écrites par Jean-Michel RIBES (Besos Locos) puis des instrumentaux mélodiques, endiablés, dans lesquels on remarque de jolies parties pianissimo (Danemark mambo) et, enfin, un amusant  Tango d'Arnold III dont l’originalité tient dans son orchestration hésitant entre fanfare et mariachis. Avec la partition de PROMIS…JURE ! (1987) de Jacques MONNET, c’est la face celtique (l’action se déroulant en Bretagne pendant la Seconde Guerre mondiale) mais tout aussi émouvante de Vladimir OSMA qui est mise en avant. Mais également l’enfance d’où des musiques également nostalgiques. Il faut dire que ce divertissement sympathique, interprété principalement par des enfants, raconte les aventures amoureuses de Pierre Marie, dont l’appendice nasal légèrement plus proéminent que la moyenne va attirer les admiratrices et toute la population de la ville. Dès le début, avec le Thème De Pierre-Marie, très beau, généreux et qui représente justement la région Bretagne, le compositeur propose une musique très mélodique, pour cordes auxquelles il a adjoint des instruments celtiques : des flûtes irlandaises, des tin whistle, de la guitare, de la guimbarde et, surtout, la cornemuse du comté de Northumberland, utilisé avec un soufflet placé sous le bras. Il en découle une musique à la fois authentique, fraiche et émouvante ; un thème qu’il reprend en version plus acoustique, plus lente aussi, pour la séquence du Cadeau Volé.  Pour le thème de Pierre-Marie Et Fredo, le compositeur propose une mélodie plus simple, plus enfantine, à base de guimbarde, de guitare et harmonica.  Il ferme cette partition courte mais très belle par un motif plus orchestral, moins celtique et plus romantique (Le Grand Bateau Blanc). Au final, on retient de cette partition à la fois ses mélodies et son orchestration particulière, qui lui confère une véritable authenticité. Toutes ces qualités font de cette album une excellente opportunité de retrouver deux grandes partitions du maitre de la musique de comédie en France.  

LA GALETTE DU ROI/PROMIS JURE !, bandes originales des films de Jean-Michel RIBES et Jacques MONNET composées par Vladimir COSMA disponible chez les Disques Cinémusique – édition limitée à 500 exemplaires.

Ce film sera diffusé sur France 5 le vendredi 2 novembre à 21h30  

Rares sont les documentaires consacrés à la musique de films et aux compositeurs ! Après les portraits intimes de Michel LEGRAND et justement Vladimir COSMA réalisés par Alain DUAULT et Franck CHAUDEMANCHE, c’est la collection EMPREINTES qui s’intéresse au célèbre compositeur des films d’Yves ROBERT (ALEXANDRE LE BIENHEUREUX) et Pierre RICHARD (LE GRAND BLOND AVEC UNE CHAUSSURE NOIRE) en passant par Francis VEBER. Partant du retour en 2011 de Vladimir COSMA dans sa ville natale, Bucarest, ce documentaire retrace la vie du compositeur, en redécouvrant avec lui les lieux de son enfance, puis les places de ses succès. C’est Vladimir COSMA qui déroule lui-même le fil rouge de son parcours : issu d’une famille de musiciens, le jeune roumain se destinait à une vie de violoniste concertiste lorsqu’il est contraint à l’exil en France, ce qui, paradoxalement, le conduira au succès. Un demi siècle plus tard, de retour à Bucarest, il raconte ainsi ses principales rencontres, avec des cinéastes comme Yves ROBERT à Claude PINOTEAU en passant par Jean-Jacques BEINEIX mais aussi des musiciens comme Michel LEGRAND (qui lui a permis de mettre en musique son premier film) et l’immense Chet BAKER ; des rencontres et surtout des films, des AVENTURES DE RABBI JACOB à LA BOUM en passant par DIVA et UN ELEPHANT CA TROMPE ENORMEMENT mais aussi L’AILE OU LA CUISSE, MICHEL STROGOFF, qui lui ont apporté le succès du public mais aussi l’amitié et le respect de ses pairs. Vladimir COSMA en profite pour dévoiler de nombreuses anecdotes inconnues du public liées aux musiques de ses films les plus connus. Le film est, évidemment, ponctué d’extrait des films et de ses musiques ainsi que du concert qu’il a donné à Bucarest (et de ses répétitions) avec l’Orchestre Philharmonique local qu’il dirige pour la première fois dans l’impressionnante salle de l’Athenum. Ce qui donne lieu à des images souvent puissantes qui, parfois, donnent le frisson mais aussi des instants intimistes lorsque le compositeur reprend certaines de ses musiques au piano, comme DIVA. Il en découle un documentaire rare, plein d’émotion (on y voit les dernières images du père centenaire de Vladimir COSMA et du cinéaste Claude PINOTEAU) et de souvenirs liés à des films célèbres comme LA GLOIRE DE MON PERE. Au final, ce film retrace simplement et justement le parcours d’un enfant de Bucarest devenu un incontournable compositeur pour le cinéma, probablement le plus populaire !