Skip to main content

CINESERENADE.COM

Un nouveau regard sur la musique pour l'image...

BIENVENUE
ACTUALITES
TELEVISION
Qui sommes-nous ?
Contactez-nous
RENCONTRES
NICOLAS ERRERA NUIT BLANC
N VANIER K LEVY LOUP
LUDOVIC BOURCE
MARCO BELTRAMI
ELLIOTT COVRIGARU
ERIC NEVEUX BORGIA
FRANCOIS STAAL
MICHEL LEGRAND
E NEVEUX... FORET
PIERRE ADENOT
ANDRE DZIEZUK
PHILIPPE JAKKO
L PEREZ DEL MAR
THIERRY MALET BRUNO SEILL
FRANCIS LAI CLAUDE LELOUC
Fredrika STAHL
FRANCIS LAI ANTHOLOGY
CABARET PICASSO
LE COEUR EN BRAILLE
BEATRICE THIRIET
RENO ISAAC
JEF NEVE
LA CONFESSION N ERRERA
FABRICE ABOULKER
CINE CHANSONS
Plan du site
Connexion de membre
ARCHIVES RENCONTRES
BRUNO COULAIS
1000 X PLUS BELLE LA VIE
DIVERS
CINE VIDEO
SPECTACLES ET THEATRE
JEAN MICHEL BERNARD
REINHARDT WAGNER
CYRIL MORIN
PHILIPPE SARDE
MUSICALS
MAURICE JARRE
JAMES HORNER
FESTIVAL MUSIQUES A L'IMA
VLADIMIR COSMA
JEAN-MARIE SENIA MAX LIND
RENE-MARC BINI
FRANCOIS DE ROUBAIX

 

Rencontre Espoir

VALENTIN HADJADJ : POUR LUI AVRIL EST SYNONYME DE MONDE ENCHANTE !

 

Rencontre avec Valentin HADJADJ, jeune compositeur qui a signé, avec AVRIL ET LE MONDE ENCHANTE, sa première bande originale de film pour un long métrage ; une musique trépidante, entrainante, souvent obsessionnelle, dans ses parties de piano et de cordes qui amènent à la fois du mystère et du rêve dans le film réalisé par Franck EKINCI et Christian DESMARES, d’après la bande dessinée de  Jacques TARDI ; une musique qui n’est pas sans rappeler, et le jeune compositeur ne s’en cache pas, l’esprit des grandes musiques de l’illustre Bernard HERRMANN, même s’il s’est s’en éloigner dans des thèmes variés, à l’écriture plus actuelle, plus rythmés également. Au final, Valentin HADJADJ a réussi à écrire une partition originale qui colle parfaitement à l’esprit visuel d’un monde étrange dans lequel une jeune fille, Avril, recherche, dans les années 1940, ses parents, scientifiques disparus, en compagnie de Darwin, son chat parlant et de Julius, jeune gredin des rues ; une belle réussite récompensée en avril dernier par Le PRIX UCMF 2016, Catégorie ESPOIR. C’est lors de la remise de cette récompense que Valentin HADJADJ nous a parlé de son expérience sur cette première musique de film et l’espoir que représente cette reconnaissance.

L'équipe d'AVRIL ET LE MONDE ENCHANTE (dont Valentin HADJAJ, deuxième en partant de la gauche et son agent Jean-Pierre ARQUIE tout à droite)

 

Qu'avez-vous ressenti en recevant ce Prix devant un parterre de professionnels du cinéma et de la musique ?

Valentin HADJADJ : j'ai été très heureux, touché de recevoir ce prix de l'U.C.M.F. qui récompense donc ma première musique de film d'un long métrage pour le cinéma; une collaboration que j'ai obtenue avec l'aide de mon agent Jean-Pierre ARQUIE.

Ce n'est jamais facile de décrocher un premier film ?

VH : vous avez raison mais j'ai eu beaucoup de chance sur ce projet. En effet, Jean-Pierre ARQUIE travaille souvent avec Emmanuel  DELETTAN, qui travaille dans une société d'édition. Il se trouve qu'il recherchait un compositeur pour un projet de films. Ils ont pensé à moi car ce film constitue un projet assez particulier notamment en termes de contraintes de temps et de budget. Du coup, dans ces conditions là, il fallait un compositeur qui puisse faire toute la musique en respectant les limites d'un budget serré.

Qu'est-ce qu'on vous a demandé de faire comme musique ?

VH : je dois d'abord préciser que, comme souvent au cinéma, on ne disposait pas de beaucoup de temps pour élaborer la bande originale. D'ailleurs, quand je suis arrivé, les réalisateurs avaient déjà commencé le montage du film en utilisant des musiques temporaires donc préexistantes. A partir de là, ma mission consistait à réécrire une partition originale.

Comment vous y êtes-vous pris avec toutes ces musiques temporaires ?

VH : en fait, j'ai essayé d'écrire une partition qui représente le son du film. En même, j'ai tenté, tout en écrivant de manière personnelle, d'unifier les différents styles de musiques temporaires qui avaient été posées sur le film. Ce n'était pas simple car les réalisateurs avaient puisé dans toutes sortes de musiques: des thèmes issus de l'univers électronique, des morceaux classique, notamment d'Igor STRAVINSKY,  et aussi des musiques de films de Bernard HERRMAN et de Danny ELFMAN. Encore une fois, j'avais comme soucis principal, d'unifier, par ma musique, la bande sonore du film.

Comment qualifiez-vous votre partition?

VH : je dirais qu'il s'agit d'une musique très symphonique, même si j'ai parfois utilisé des synthétiseurs. Après, je pense que Bernard HERRMAN m'a beaucoup influencé, notamment du fait que je connais assez bien ses musiques. Je veux dire par là que ma connaissance de son écriture pour les cordes m'a beaucoup aidé pour écrire les parties de violons et de violoncelle de ma partition. De plus, je dois que le style d'écriture caractéristique de ce grand compositeur allait assez bien avec le film.

C'est-à-dire ?

VH : pour bien les connaître, je trouvais que les enregistrements de l'époque de Bernard HERRMAN, qui apparaissent très aigres, allaient très bien sur ce film d'aujourd'hui. En effet, je trouvais que la sonorité des cordes de Bernard HERRMAN fonctionnait assez bien sur notre film. Après, évidemment, je ne me suis pas inspiré que de ce compositeur car ses musiques apparaissent aujourd'hui datées mais, quoi qu'il en soit, inconsciemment, il m'a apporté une aide importante dans l'élaboration de ma musique.

Que représente pour vous ce Prix de l'U.C.M.F. ?

VH : je suis très content car ce Prix représente un espoir formidable pour moi mais aussi pour d'autres car, en quelque sorte, il encourage tous les jeunes compositeurs de musiques de films. C'est important car, quand on débute une carrière, on a des hauts et des bas et, parfois, on se décourage, on n'y croit. Donc ce Prix qui récompense un jeune  compositeur représente un véritable espoir et redonne de la confiance. En ce qui me concerne, bien sûr, il me gratifie car il représente une reconnaissance de mon travail sur ce premier long métrage. Surtout, il me donne vraiment envie de continuer à composer de la musique de films.

Vous avez d'autres projets de musiques de films ?

VH: il existe effectivement des projets mais je dois reconnaître que cela prend un temps fou avant qu'ils se concrétisent. Maintenant, c'est vrai aussi que, suite à ce premier long métrage, j'ai déjà reçu d'autres propositions, sous la forme de scénarios pour des films  et des pilotes de séries. Tous ces éléments me permettent d'appréhender de manière optimiste la suite de mon parcours dans la musique de films.

Entretien réalisé en avril 2016.