Skip to main content

CINESERENADE.COM

Un nouveau regard sur la musique pour l'image...

BIENVENUE
ACTUALITES
TELEVISION
Qui sommes-nous ?
Contactez-nous
RENCONTRES
CINE CHANSONS
Plan du site
Connexion de membre
ARCHIVES RENCONTRES
BRUNO COULAIS
1000 X PLUS BELLE LA VIE
DIVERS
CINE VIDEO
SPECTACLES ET THEATRE
JEAN MICHEL BERNARD
REINHARDT WAGNER
CYRIL MORIN
PHILIPPE SARDE
MUSICALS
MAURICE JARRE
JAMES HORNER
FESTIVAL MUSIQUES A L'IMA
VLADIMIR COSMA
JEAN-MARIE SENIA MAX LIND
RENE-MARC BINI
FRANCOIS DE ROUBAIX
FRANCOIS DE ROUBAIX : 40 ANS APRES SA DISPARITION, SA MUSIQUE VIT TOUJOURS
Pour le 40ème anniversaire de sa disparition, les actualités et hommage autour de François de ROUBAIX se multiplient !
 
 
L’ESSENTIEL DE FRANCOIS DE ROUBAIX

Après lui avoir consacré plusieurs éditions intégrales, la collection Ecoutez le cinéma ! souhaitait consacrer une anthologie miraculeuse, à l'occasion du quarantième anniversaire de la disparition de François de ROUBAIX: un immense compositeur parti bien trop tôt et qui représente, encore aujourd’hui, une source d’inspiration pour nombre de musiciens. Il s’agit d’une sorte de synthèse ultime, qui réunit la quintessence de François de ROUBAIX. On y entend, sans surprise mais c’est le principe d’un essentiel, des standards : d’abord le thème incandescent de LA SCOUMOUNE, réalisé par José GIOVANNI avec Jean-Paul BELMONDO en 1972 ; un motif principal particulièrement énergique et déjà empli de synthétiseurs, dont François de ROUBAIX. Du même réalisateur, on entend ensuite DERNIER DOMICILE CONNU ; un thème pas aussi classique qu’il en a l’air de prime abord de film policier. Il vaut certes surtout pour sa mélodie tournante, presque valsante et obsessionnelle. Mais aussi pour ses orchestrations, ses contrepoints plus fins, poétiques, à base de xylophone, de flûte et parfois d’accordéon. Puis, plus loin, on retrouve les thèmes moins connu d’OU EST PASSE TOM et surtout du RAPACE ; deux musiques particulièrement originales, entre musique sud-américaine, grâce au groupe Los Incas, et contemporaine, par des voix flamboyantes souvent en arrière. Arrive ensuite un thème sublime pour LE VIEUX FUSIL, chef d’œuvre bouleversant de Robert ENRICO 1976, transcendé par le thème  de François De ROUBAIX (Clara 1939) ; un thème diaboliquement mélodique, inoubliable (récompensé par un César), essentiellement pianissimo mais aussi qui comporte des boucles électroniques discrètes en contrepoint, également jazzy avec de jolis solos de saxophone dans sa deuxième partie. François de ROUBAIX signait sans doute là un des plus thèmes de la musique de films française ! Du même réalisateur, on retrouve aussi deux thèmes de la bande originale du film LES AVENTURIERS (1967), orchestrée par Bernard GERARD, et célèbre pour ses mélodies, ses parties sifflées et de guitare (Journal De Bord) et les impressionnantes vocalises de Christiane LEGRAND (Enterrement Sous-marin). On entend également le thème enlevé, cuivré même, des CAIDS (1972) et, pour guitares et beaucoup de percussions, le très mélodique générique des GRANDES GUEULES (1965). Enfin, on n’oubliera pas le grandiose et épique, agrémenté d’effets sonore, thème (pas le plus connu) de la Bataille tiré de BOULEVARD DU RHUM (1971). François de ROUBAIX a eu aussi la chance de collaborer avec Jean-Pierre MELVILLE sur LE SAMOURAI, film policier avec Alain DELON, dont la musique, à base de mouvements très lents de guitare et de courtes montées de cuivres, et d’une mélodie à l’orgue, rend parfaitement le climat étrange. Il a aussi signé la musique célèbre, également incontournable, d’ADIEU L’AMI réalisé par Jean HERMAN (1968) et interprété par Charles BRONSON. Incontournables également reste encore les thèmes des séries télévisés COMMISSAIRE MOULIN (1975) et surtout CHAPI CHAPO, écrit en 1974 et qui reste, encore aujourd’hui, d’une incroyable modernité tout en conservant une formidable force mélodique et nostalgique (Que les enfants de plus de 40 ans qui ne l’ont jamais fredonné lèvent le doigt !). Inévitable aussi dans un tel programme : la musique aussi célèbre, particulièrement novatrice et étonnante pour l’époque que le film L’HOMME ORCHESTRE alias Louis de FUNES dans un de ses rôles les plus inattendus, celui d’un chorégraphe ; un classique ! Plus amusants, mais tout aussi intéressant, on peut redécouvrir des thèmes de deux films de Jean-Pierre MOCKY : d’abord le thème très pianissimo écrit pour LA GRANDE LESSIVE (1968) puis, celui, plus poétique et à base de guitare de L’ETALON (Thème Des Femmes Délaissées). L’album contient encore quelques musiques de documentaires car, faut-il le rappeler, François de ROUBAIX était un passionné de nature et plus particulièrement de plongée de sous-marine. Il n’était donc pas surprenant de le retrouver d’abord au générique de films de Jacques-Yves COUSTEAU comme, en extrait ici, L’ANTARCTIQUE et le thème rythmé, presque de thriller, comme un cri d’alarme écologique pour des Pingouins Sur La Banquise en danger. Puis de le voir mettre en musique des séries telles que celle, très profonde, largement électronique mais aussi avec des cuivres, de LA MER ET GRANDE réalisée par Philippe CONDROYER et ici présentée pour la première fois. Surtout, LES SECRETS DE LA MER ROUGE et son splendide thème mélodique à base de guitare mais aussi avec beaucoup de percussions, un brin de piano (La Vie A Bord). A noter que l’album contient l’inédit générique du film de Philippe TOLEDANO FAR FROM DALLAS et le thème rare et vocal des AMIS de Gérard BLAIN interprété par le compositeur et Stan LAFERRIERE. Il se conclut par une relecture inspirée de cette musique par le propre fils du compositeur, Benjamin de ROUBAIX ; une belle façon de boucler cet hommage passionnant à François de ROUBAIX conçu justement par ses enfants, dont sa fille Patricia, et l’historien musical Stéphane LEROUGE.

L’ESSENTIEL DE FRANCOIS DE ROUBAIX. Livret 12 pages / 24 plages, 74 minutes de musique. Disponible chez Decca/Universal.

 

FRANCOIS DE ROUBAIX - Fred PALLEM & LE SACRE DU TYMPAN

Fred PALLEM & son bigband flamboyant, le Sacre du Tympan sont déjà les auteurs  de l’album concept SOUNDTRAX ; un voyage aux croisées du jazz, du rock, de la pop et des musiques de films hantées de belles cylindrées. Aujourd’hui, ils ressortent les plus beaux synthés des années 70 et 80 pour rendre hommage à François De ROUBAIX ; un compositeur qui, pour Fred PALLEM, constitue une influence très ancienne, dont la musique l’a construit, au même titre que Nino ROTA et Isaac HAYES. Il n’est alors pas étonnant que Fred PALLEM souhaite revisiter François de ROUBAIX, tant celui-ci constituait tout à la fois un multi-instrumentiste fantasque et un compositeur de génie à l’intersection des audaces de la recherche électro-acoustique et des mélodies fédératrices de la pop. Et évidemment une des grandes figures de l’histoire de la musique pour l’image en France. Dès l'entame, à base de sonorités électroniques, l'auditeur se retrouve projeté dans l'univers de François de ROUBAIX. D’abord sur un mouvement profond, lunaire mais aussi rock, qui utilise des guitares, mais aussi, nous sommes en plein dans les seventies, psychédélique grâce à ses boucles électroniques (Astralement Votre); une sensation que l'on ressent aussi sur L'atelier; un long morceau dans lequel le compositeur développait un univers méditatif, au tempo assez rapide dans sa première partie. Puis qui devient plus léger, répétitif et aérien. D'où une musique plutôt d'inspiration poétique, fantastique avant de plonger vers des sonorités rock sur lesquelles Fred PALLEM a eu la bonne idée de poser la voix de François de ROUBAIX, donnant ainsi au thème une dimension intemporelle. Le programme continue par un thème plus gracieux, basé sur une ligne de piano généreuse, accompagnée d'une rythmique puissante et de sonorités synthétiques qui apportent, par moments, du lyrisme (L'Envol). Le groupe reprend aussi quelques chansons, comme la balade Boulevard Du Rhum (du film de Robert ENRICO - 1971) interprétée par Barbara CARLOTTI sur un beau thème mélodique, toujours à base de synthétiseurs mais aussi de chorus de saxophone alto (joué par l’excellent Rémi SCIUTO) que l'on entend aussi sur un titre plus jazzy avec toujours des boucles électroniques, extrait de la bande originale de la série A VOUS DE JOUER MILORD. Retour ensuite à la chanson avec un excellent duo, Je Saurais Te Retenir, sur lequel interviennent, complices, Alice LEWIS & Alexandre CHATELARD. Arrive ensuite L'Homme Orchestre Medley, en fait une véritable révision de la partition incroyable, très ambitieuse pour l’époque, de François de ROUBAIX : une excellent suite qui démarre de manière colorée, rythmique, et se déploie vite dans une improvisation pour piano, trombone, synthétiseurs  et batterie. Dans un deuxième temps, se rajoutent l’ocarina et la flûte de Rémi SCIUTO et également le gimmick vocal avant des parties jonglant entre variétés et jazz. On passe à la chanson Ariadne Thread, interprétée en anglais par Juliette PAQUEREAU (du groupe pop Diving With Andy) sur une musique aérienne,  très synthétique au début, avec des flûtes, du piano et des basses ensuite. On en arrive à un joli lento profond, mystérieux et atmosphérique, doucement mélodique, notamment dans ses mesures de piano, tiré du film LES SECRETS DE LA MER ROUGE (Celima). Puis vient l'efficace et célèbre Indicatif Commissaire Moulin, empli de sonorités synthétiques. Extrait des Voyages Au Bout Du Monde de Jacques-Yves COUSTEAU, on entend un thème étonnant, très rythmé et aux amples sonorités synthétiques, mais néanmoins mélodiques, qui amènent du relief sur ces séquences de Pingouins Sur La Banquise. On passe à la série enfantine Chapi Chapo, avec d'abord l'inoubliable chanson titre, interprétée avec respect et malice par Philippe KATERINE; un titre qui lui va bien et, comme Louxor, on adore ! On trouve ensuite Au Pays Des Cubes, un morceau moins connu mais tout aussi intéressant, original, que le groupe joue avec une grande rigueur mélodique, notamment dans les parties sifflées, mais aussi en lui insufflant une dimension jazzy, avec l'omniprésence du trombone. Les rappels se jouent avec l'inoubliable thème du film de José GIOVANNI LA SCOUMOUNE, d'abord repris avec retenue puis bien plus chantante, tournante, par les claviers joués par Vincent TAURELLE et Arnaud ROULIN, la batterie de Vincent TAEGER. D'où là aussi une relecture qui tourne au jazz psycho-électronique. Au final, on salue à fois le choix des morceaux, très riche, mélangeant des standards du compositeur à des titres moins connus. On applaudit aussi  l’interprétation d’un groupe dynamique, qui se régale à reprendre et à improviser sur les rythmes et mélodies d’un compositeur qui a plongé trop tôt vers l’au-delà ! Un bel hommage, brillamment arrangé et dirigé par Fred PALLEM !

FRANCOIS DE ROUBAIX par Fred PALLEM & LE SACRE DU TYMPAN. Disponible sur le label Train Fantôme.

Plus d’informations sur http://www.lesacre.com/