Skip to main content

CINESERENADE.COM

Un nouveau regard sur la musique pour l'image...

BIENVENUE
ACTUALITES
TELEVISION
Qui sommes-nous ?
Contactez-nous
RENCONTRES
CINE CHANSONS
Plan du site
Connexion de membre
ARCHIVES RENCONTRES
BRUNO COULAIS
1000 X PLUS BELLE LA VIE
DIVERS
CINE VIDEO
SPECTACLES ET THEATRE
JEAN MICHEL BERNARD
REINHARDT WAGNER
CYRIL MORIN
PHILIPPE SARDE
MUSICALS
MAURICE JARRE
JAMES HORNER
FESTIVAL MUSIQUES A L'IMA
AUDI TALENTS AWARDS
FESTIVAL 2013
FESTIVAL 2014
WEEK END 2016
VLADIMIR COSMA
JEAN-MARIE SENIA MAX LIND
RENE-MARC BINI
FRANCOIS DE ROUBAIX
 
Communiqué
 

6ème EDITION DU WEEK-END DES MUSIQUES A L’IMAGE : GABRIEL YARED ET HOMMAGE A STEVEN SPIELBERG !

Les 9 et 10 décembre prochains, Audi talents et la Philharmonie de Paris s’associent de nouveau et présentent la 6ème édition de ce rendez-vous annuel dédié aux liens entre musique et image !

Au programme : deux concerts exceptionnels,accompagnés d'images et d'extraits de films, par le meilleur orchestre du monde, le London Symphony Orchestra. Le premier –le 9 décembre à 20h30- sera dédié  au prestigieux compositeur français Gabriel YARED qui, depuis trente-cinq ans, ne cesse de surprendre par la richesse créative de son style, au service de cinéastes comme Antony MINGHELLA, Jean-Jacques ANNAUD et, plus récemment, Xavier DOLAN, avec lequel il forme désormais un tandem. Gabriel YARED interviendra lui-même à la direction (en alternance avec le chef Dirk BROSSE) et au piano. Les musiques des films suivants seront jouées : LE PATIENT ANGLAIS, 37°2 LE MATIN, LA LUNE DANS LE CANIVEAU, L'AMANT, CAMILLE CLAUDEL, RETOUR A COLD MOUNTAIN, JUSTE LA FIN DU MONDE, LE TALENTUEUX Mr RIPLEY, TATIE DANIELLE, LES AILES DU COURAGE. Signalons la présence de solistes de renom : Catherine RINGER et Yaël NAIM au chant, Juan José MOSALINI au bandonéon, Lewis MORISON au saxophone.

En parallèle du concert, il y aura aussi une Rencontre avec Gabriel YARED autour d'un piano –le 9 décembre à 11h00-, animée par Stéphane LEROUGE ; la projection  d’un documentaire suivi d’une rencontre avec la réalisatrice Pascale CUENOT mais aussi Patrice LECONTE et Michel OCELOT –à 16:30-.

La deuxième partie du week-end proposera un hommage à Steven SPIELBERG avec, le dimanche 10 décembre 2017 à 16:30, un grand concert dirigé par Frank STROBEL. . On y entendra, évidemment des musiques de John WILLIAMS : JURASSIC PARK, LES DENTS DE LA MER, INDIANA JONES, E.T., LES AVENTURES DE TINTIN, LE BON GROS GEANT. Mais aussi de Jerry GOLDSMITH (POLTERGEIST, GREMLINS), Thomas NEWMAN (LE PONT DES ESPIONS), Alan SILVESTRI (RETOUR VERS LE FUTUR), Michael GIACCHINO (SUPER 8), Don Davis (JURASSIC PARK III).En parallèle du concert, il y aura aussi une Rencontre avec les solistes du London Symphony Orchestra à 15:15 ; une récréation musicale pour les enfants dont les parents assistent au concert de 16h30 dans les espaces éducatifs de la Philharmonie.

Plus d’informations et réservations surwww.philharmoniedeparis.fr

http://www.auditalents.fr/les-evenements/wemi2017/

Evènement !  

Ludovic BOURCE, Marco BELTRAMI & Hans ZIMMER : TROIS « ARTIST » POUR LE 1er FESTIVAL AUDI AWARDS DES MUSIQUES A L’IMAGE !

(Photo : Eric MERCIER)

Les 13 et 14 octobre, Paris a été la capitale des musiques pour l’image ! Pour cette première édition, les Audi Talents Awards ont vu grand avec trois invités d’exception. D’abord Ludovic BOURCE, le compositeur multi récompensé et même oscarisé de THE ARTIST. Le compositeur a illuminé tout le Festival, depuis la master class du samedi à la Gaieté Lyrique, la remise d'un double disque de platine et le triomphal ciné concert de clôture, interprété par le Paris Symphonic Orchestra dirigé, comme la bande originale, par le chef Ernst VAN TIEL ; chapeau l’Artist !

Stéphane LEROUGE & Ludovic BOURCE en conférence à la Gaieté Lyrique
Ludovic BOURCE
 

Marco BELTRAMI ensuite : le compositeur rendu célèbre par SCREAM et reconnu pour son style personnel et original, est revenu, à travers une master class animée par le toujours franco(béo)phile Stéphane LEROUGE sur les grandes étapes de sa carrière. Il y a été notamment beaucoup question de sa collaboration avec Bertrand TAVERNIER qui était d’ailleurs présent pour raconter l’histoire de la musique du film DANS LA BRUME ELECTRIQUE ; de Jerry GOLDSMITH à Ennio MORRICONE en passant par les films d’horreurs qu’il déteste mais qui l’ont rendu célèbre, Marco BELTRAMI nous a ouvert les portes de ses créations.

Marco BELTRAMI & Bertrand TAVERNIER
 

Enfin, le très célèbre Hans ZIMMER, quelque part « le Roi Lion » de la musique de films, s’est lui aussi prêté au jeu de la rencontre avec le public suivi, comme pour les autres invités, d’une séance de dédicaces.

 
Hans ZIMMER, Ludovic BOURCE, Benoit THIERS (AUDI France) et Marco BELTRAMI

 

Le dimanche a été marqué par une soirée de Gala à l’Olympia, qui a été animée par l’ex- présentatrice du Journal du Cinéma de Canal + Isabelle GIORDANO. Au cours de cette soirée, le public a entendu Insight, une œuvre orchestrale très intéressante de Pascal LENGAGNE, dernier lauréat en date des Audi Talents Awards. Puis, l’orchestre symphonique a présenté des hommages en musique à Marco BELTRAMI (I ROBOT, SCREAM et surtout I AM DINA, probablement la plus belle musique du compositeur) et Hans ZIMMER (DA VINCI CODE, PIRATES DES CARAIBES). Après l’entracte, place a été laissée au ciné concert du film de Michel HAZANAVICIUS THE ARTIST en présence du réalisateur, de Bérénice BEJO et de Thomas LANGMAN. Pendant une heure et demie, les 80 musiciens et Ludovic BOURCE au piano, nous ont enthousiasmés en nous faisant revivre, en live, la composition originale d’un film d’exception, qui semblait conçu pour le concert ; un régal longuement applaudi !

 
Ludovic BOURCE & Ernst VAN TIEL (photo : Eric MERCIER)
 
(Photo : JC GUILLOUX)
 

Avant de revenir prochainement sur les invités du Festival à travers des interviews et extraits de leurs conférences, nous vous proposons des rencontres avec Richard CROC, le Directeur de la communication Corporate Audi France et Jérôme LATEUR, programmateur du Festival.

 

Présentation des Audi talents awards avec RICHARD CROC, Directeur de la communication corporate Audi France.

Quelle est l’idée à l’origine de la création des Audi talents awards en 2007 ?

RC : à l’origine, il y a, derrière les Audi talents awards, l’idée de montrer que, au-delà de nos produits, nos voitures, il existe une marque technologique avant-gardiste. Maintenant, notre ambition consiste aussi à toucher les gens qui ne sont pas forcément sensibles aux voitures. En d’autres termes, nous avons cherché une idée qui réussisse à véhiculer cette image avant-gardiste.

De quelle manière y êtes-vous parvenu ?

RC : par la création d’un programme de mécénat (les Audi talents awards), qui nous permette d’aider de jeunes talents à éclore dans quatre disciplines : le court métrage, l’art contemporain, le design et la musique à l’image. Dans chacune des disciplines, nous avons voulu associer nos lauréats à des événements assez forts comme la FIAC pour l’art contemporain, les Designer’s Days pour le design et le Festival de Clermont Ferrand pour le court métrage. En ce qui concerne la musique à l’image, il se trouve qu’il n’existait pas d’évènement sur lequel on pouvait s’appuyer. C’est la raison pour laquelle nous avons décidé de créer notre propre évènement.

Que pouvez-vous nous dire de la récompense qui est associée à l’Audi talents Awards ?

RC : le jeune talent qui reçoit un award n’obtient pas uniquement un prix. Nous pensons qu’il nous faut aller plus loin en accompagnant talents pendant un an. Cela peut prendre diverses formes comme la mise à disposition de moyens ou, en ce qui concerne les musiques pour l’image, des commandes de créations sonores pour des événements ou des campagnes publicitaires, comme nous avons pu le faire cette année avec Pascal LENGAGNE.

 

Espérez-vous installer ce Festival dans le temps ?

RC : nous verrons en fonction du bilan de cette première édition mais, effectivement, nous souhaitons une vraie périodicité pour notre Festival des musiques à l’image.

Les invités du Festival avec Jérôme LATEUR, responsable de la programmation.

Pouvez-vous nous parler du choix des invités de cette première édition ?

JL : quand j’ai abordé la programmation de ce Festival, il y avait une évidence en ce qui concerne Ludovic BOURCE. Nous avons passé ensemble, avec Ludovic BOURCE et Thomas LANGMAN, avec lequel je travaille aujourd’hui, et depuis ASTERIX AUX JEUX OLYMPIQUES, une année tellement exceptionnelle que sa présence constituait une évidence. Je trouvais vraiment intéressant que Ludovic BOURCE soit avec nous à Paris, d’autant qu’il est certainement le seul compositeur dans l’histoire qui a obtenu autant de prix pour un seul film. Il faut quand même savoir que la musique de THE ARTIST a raflé tous les prix ; il ne nous manque plus qu’un Grammy Award que nous obtiendrons peut-être en février 2013. En ce qui concerne Marco BELTRAMI, je le connais depuis 2005 où, à l’époque où je travaillais chez Europa corp. Nous avons travaillé ensemble une première fois sur TROIS ENTERREMENTS, réalisé par Tommy LEE JONES. Nous sommes ensuite restés très proches jusqu'aux deux volets de MESRINE réalisés par Jean-François RICHET et interprétés par Vincent CASSEL. Je trouvais très intéressant que Marco BELTRAMI vienne à Paris car il possède dans son écriture un style tellement particulier, tellement singulier.  

 

 

Et pour Hans ZIMMER ?

JL : il s’est passé une chose miraculeuse avec Hans ZIMMER. Ludovic BOURCE, Thomas LANGMAN et moi-même l’avons rencontré à plusieurs reprises à Hollywood où il est en charge de la musique de la cérémonie des Oscars. Nous avons ensemble noué une relation qui s’est concrétisée quand, via un mail que lui a envoyé Ludovic BOURCE, nous lui avons proposé de parrainer et d’être l’invité d’honneur de la première édition de notre Festival ; une invitation qu’il a acceptée moins d’un quart d’heure plus tard ! Nous avons donc beaucoup de chance d’avoir, pour une première, trois grands compositeurs comme Ludovic BOURCE, Marco BELTRAMI et Hans ZIMMER.

 

 

Avez-vous souhaité créer un pont entre l’Europe et les Etats-Unis en invitant des compositeurs internationaux mais qui ont déjà travaillé sur des films français ou européens ?

JL : je crois que, avec ce qui s’est passé sur THE ARTIST, on peut considérer que Ludovic BOURCE constitue un compositeur de stature internationale. Maintenant, il est vrai que Marco BELTRAMI a effectivement travaillé sur des films indépendants produits par des Européens, comme TROIS ENTERREMENTS de Tommy LEE JONES. De plus, Marco BELTRAMI reste un des compositeurs préférés de Bertrand TAVERNIER. J’ai même tendance à vous dire que, pour moi, il constitue le plus européen des compositeurs américains. En effet, il est d’origine italienne, a été l’élève d’Ennio MORRICONE, a rejoint les Etats-Unis très tôt mais il possède une sensibilité européenne. Donc, pour toutes ces raisons, il me paraissait important qu’il vienne à notre Festival. Avec Hans ZIMMER, qui est né en 1957 à Francfort, et qui est donc allemand, on se rend compte que, mais c’est toute la richesse des Etats-Unis, ces trois compositeurs sont beaucoup plus européens qu’américains, même si deux d'entre eux réussissent une grande carrière aux Etats-Unis.